La forêt – Un environnement thérapeutique

Vertueuse Forêt…

La sagesse de l’environnement naturel est depuis longtemps évidente dans la culture des maîtres du Zen japonais. Plusieurs siècles plus tard, des études fines et poussées ont été lancées par les Nippons et permettent d’affirmer scientifiquement les bienfaits thérapeutiques de la marche en forêt ou quand la Nature devient une médecine préventive presqu’à part entière…

C’est dès 1982 que le gouvernement japonais a inventé l’expression “Shinrin-yoku” pour évoquer l’écho-thérapie et la marche en forêt thérapeutique. Cette relation avec la nature accessible au plus grand nombre est d’ailleurs intégrée au programme de santé publique du pays. Ce n’est pas un hasard si pique-niquer en masse sous les fleurs de cerisier est un passe-temps national au Japon. Depuis pas mal d’années, il suffit de se retrouver au beau milieu des arbres, actif ou pas. En effet, la randonnée en forêt dont les bienfaits sont reconnus au niveau du cerveau… n’est pas la seule solution. Il suffit de s’asseoir, de somnoler, se détendre tout simplement et pas forcément d’accomplir quoi que ce soit en fait.

Apprendre à se laisser aller !
Gregg Berman, infirmier, expert en milieu sauvage et guide certifié pour l’immersion en Californie dirige un groupe d’épicuriens adeptes de la promenade pieds nus parmi les séquoias afin de reconnecter le système nerveux humain avec la nature et de se retrouver en harmonie avec elle. Ces effets recherchés et atteints grâce à cette reconnexion avec le milieu naturel, ne se dément donc pas. De 2004 à 2012 (statistiques tous les 8 ans) les fonctionnaires japonais ont dépensé environ 4 millions de dollars en étudiant les effets physiologiques et psychologiques de la marche en forêt. Pas moins de 48 parcours thérapeutiques spécifiques ont ainsi été désignés.
Quing Li, professeur émérite japonais a mesuré l’activité des cellules tueuses naturelles dans le système immunitaire avant et après une exposition dans les bois. Il faut rappeler que ces cellules tueuses (NK) fournissent des réponses rapides aux cellules infectées par le virus et répondent à la formation de la tumeur et sont associées à la santé du système immunitaire et à la prévention du cancer.
On sait aujourd’hui pour les personnes que ces temps passés en Forêt permettent une augmentation significative de l’activité des cellules NK. Cela est dû à certaines huiles essentielles (phytoncide) trouvées dans les bois, les plantes, certains fruits et légumes que les arbres émettent pour se protéger des germes et des insectes. On peut donc en conclure que respirer l’air de la forêt ce n’est pas simplement rafraîchissant puisqu’inhaler le phytoncide améliore la fonction du système immunitaire de l’homme.

Moins de stress et baisse de la tension artérielle
Les environnements forestiers favorisent la réduction des concentrations de cortisol, une fréquence cardiaque plus faible, une pression artérielle plus basse, une plus grande activité nerveuse parasympathique (contrôle le système de repos et de gestion du corps) et une activité nerveuse sympathique( réagit aux situations de combats (hostilité) ou de fuites (stress) inférieure à celle des environnements urbains. Des expériences multiples menées sur plusieurs centaines de personnes ayant effectué des promenades en forêt attestent de ces constats.
C’est pourquoi les chercheurs ont écrit cette très jolie formule: “ Les environnements forestiers peuvent être considérés comme des paysages thérapeutiques.”

Crédit photo :DR
Journal Sportsland Landes n°202 du 20 mars. 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *