Connaître et Reconnaître – Julie Alonso

Un engagement bien construit…

À la question “quel âge avez vous ?”, Julie Alonso (au centre sur la photo) répond : “j’ai deux fois 18 ans !” Voilà une bien jolie manière d’avouer délicatement l’addition des ans… Mais quand on connaît mieux la Landaise de Tarnos, on comprend vite que pour elle l’important ce n’est pas ce qui se compte dans une vie, mais bien ce qui compte… Depuis ses dix printemps Julie est un actrice bénévole de la vie sportive et associative…

“J’ai commencé la gymnastique à 7 ans et j’ai compris que des adultes faisaient plein de choses pour nous faciliter le sport sans que ce soit leur métier. Quand on est jeune cela interpelle d’autant que trois années plus tard, mon nouvel entraîneur avait décidé de nous initier aux autres fonctions de la vie sportive gymnique… Nous avons donc successivement appris la fonction de juge, d’arbitre… autant de secteurs participatifs à la vie du club mais sans obligation. » De la gratitude à l’égard des personnes qui lui ont donné le goût de l’engagement pour les autres, Julie en a. “Oui et j’ai appris et j’apprends encore tous les jours de ces liens associatifs et sportifs. Il y a de la richesse dans les expériences des uns et des autres, les avis, les réactions… alors Oui j’aime le bénévolat et j’y consacre beaucoup de ma vie.”

À noter que cette maman de deux jeunes enfants travaille aussi dans un grande entreprise… Présidente du club de Hégaldi Tarnos (124 licenciés affilié à la Fédération Française de Gymnastique) depuis plus de 10 ans, et participe à l’encadrement des gymnastes de son club et les accompagne lors des différentes compétitions départementales, régionales, interrégionales et plusieurs fois aux championnats de France.Julie a été secrétaire du comité des Landes de gymnastique FFG. Elle a été cheville ouvrière pour l’organisation de championnats régionaux et interrégionaux de Gymnastique Aérobic à Tarnos…..! “Le bénévolat n’est pas une contrainte, c’est un plaisir. Je ne pense pas que l’on puisse donner à l’autre sans cette notion de plaisir d’agir” souligne-t-elle.

Le bénévolat rejaillit sur ma vie !
Après ses études, il s’est agi pour Julie de trouver un emploi. Pas facile on le sait. Mais durant cette recherche professionnelle pas question de quitter le monde sportif et associatif. “Tout à fait, j’y ai appris plein de choses sur la gestion de l’humain, sur les obligations des employeurs (nous avons embauché une monitrice diplômé d’état) sur les relations avec les collectivités et autres partenaires institutionnels… Avec le recul, je peux affirmer que ces connaissances additionnées m’ont permis de trouver plus facilement un travail par la suite.” L’amélioration des compétences propres est en effet au coeur des messages valorisants pour l’engagement bénévole. “Attention, ce ce n’est pas toujours un monde de bisounours comme on dit (rire) mais apprendre à composer avec les uns et les autres sans perdre le fil de l’intérêt général est très intéressant et formateur.” On le sent, Julie Alonso est une femme de caractère et il en faut pour “tenir la baraque” quand des vents contraires soufflent ou encore, quand l’objet sportif attire de plus en plus de consommateurs que d’acteurs. “On discute en effet avec mes collègues du bureau et conseil d’administration de ces évolutions de la sociologie du sport. Nous tentons d’y apporter des solutions multiples dont la qualité de l’enseignement, l’intégrité du modèle associatif et sportif, l’état d’esprit général font partie bien évidemment.” Julie est une sportive dans l’âme aussi et ce goût du challenge à relever lorsqu’elle était sur les tapis de sol ne l’a jamais quittée finalement.

“Je ne pose pas de question…”
Avec toutes ces responsabilités et ces investissements multiples qui font la vie bénévole de Julie, on se demande comment elle pourrait vivre sans ? “C’est vrai que cela peut etonner. Mes engagements bénévoles, familiaux et professionnels ne pâtissent pas les uns des autres. Voilà un équilibre essentiel sinon…!! Quant à la retraite associative je ne me pose pas de question. Au sein du club nous formons des jeunes gymnastes aux fonctions de dirigeantes pour que la relève soit assurée. Je ne serai pas toujours présidente du club c’est certain, mais je n’abandonnerai pas pour autant mon engagement bénévole qui est pour moi un trait d’union entre le temps qui passe et les personnes que l’on croise et ce qu’il nous est permis de faire ensemble…”

Crédit photo : DR./ photo Céline Ginautin – Claire Amestoy (à gauche) et Julie Alonso (au centre.)
Journal Sportsland Landes n°203 du 3 avril 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *