“Connaître et reconnaître – Claudine Dupouy”

Il y a des gens qui n’aiment pas le devant de la scène et Claudine Dupouy est incontestablement de ceux-là. Et pourtant la vice-présidente de l’UFOLEP des Landes et trésorière du Stade Montois Cyclisme ne compte pas ses heures en coulisses pour favoriser la pratique sportive dans les Landes. Plus qu’un passe-temps, c’est avant tout pour elle un moyen d’œuvrer à une société meilleure et plus solidaire.

Claudine Dupouy

SL – Vous avez de nombreux engagements, peut-on encore parler « d’agenda de retraitée » ?
C. D. – J’ai beaucoup de réunions en effet, mais le temps que je consacre à ces activités me semble naturel au regard du plaisir que j’ai à côtoyer des hommes et des femmes que j’apprécie. Et pour vous dire la vérité, si mon agenda est bien rempli, c’est surtout parce que j’ai sept petits-enfants…

SL – Comment avez-vous rejoint le monde associatif ?
C. D. – J’ai d’abord rencontré le sport assez tardivement, vers 45 ans, en suivant mon mari qui faisait du vélo au club de Saint-Médard et que je voyais partir le dimanche. Je ne comptais pas rester à la maison pour faire le ménage pendant qu’il s’amusait ! En tant qu’ancienne comptable on m’a proposé de m’occuper de la trésorerie du club, ce que j’ai fait 15 ans environ. Ensuite, par affinités j’ai rejoint Michel Leseignoux à l’UFOLEP ainsi que Bruno Mindé, actuel président. Après quelques années houleuses nous avons réussi à renouer de meilleures relations avec la Ligue de L’Enseignement des Landes à laquelle nous œuvrons en tant que membres du Conseil d’Administration. Lionel Gaüzère au Stade Montois Cyclisme n’ayant plus de trésorière j’ai intégré ce club et je trouve intéressant de participer à toutes ses manifestations. Cela fait plusieurs années maintenant mais je ne compte pas.

SL – Chacun peut donc être utile, à tous niveaux ?
C. D. – Certainement. Chacun peut donner un coup de main par ci par là. Les occasions ne manquent pas. À la retraite, ça peut même être une bonne façon de combler un vide après le travail. Dans le milieu sportif, on n’enseigne pas que la dépense physique mais aussi le savoir-vivre, le respect des autres, la politesse, toutes ces valeurs qui manquent parfois aux enfants mais aussi aux adultes dans une société où on ne se supporte pas.

SL – Vous avez été particulièrement attirée par l’UFOLEP ?
C. D.Oui, il faut savoir que l’UFOLEP est une émanation de la ligue de l’enseignement et qu’elle en véhicule les valeurs de vivre-ensemble, de laïcité. Voyez sa maxime : “Tous les sport autrement” ! L’UFOLEP est une fédération qui réunit de très nombreux clubs et tout autant d’activités sportives qui vont de la gymnastique au jet ski, des cours de secourisme au cyclisme mais qui privilégie aussi l’épanouissement, l’éducation, la citoyenneté au moins autant que la réussite sportive. C’est aussi un formidable outil de formations pour le milieu associatif.

SL – Donc pas de crise de vocation chez vous?
C. D. – La comptabilité du Stade Montois Cyclisme me demande du temps, c’est vrai, mais je ne pourrais pas faire autre chose ! J’aime voir les gens, être avec eux, discuter, donner de mon temps. J’aimerais vraiment profiter de mon appartenance à plusieurs structures pour favoriser le dialogue entre elles. Mon rêve serait que les différentes fédérations travaillent ensemble mais ce sera long à mettre en place tant il peut y avoir parfois de combats d’egos. Je suis née à Luglon, je me sens 100% Landaise et que ce soit l’organisation du Mounride, la participation au comité des fêtes ou la tenue d’une bodega, je suis heureuse d’œuvrer un peu à des manifestations qui se passent bien. Tant que je pourrai, je continuerai !

Crédit photo : DR./
Journal Sportsland Landes n°208 du 19 juin 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *