Le soleil – Ami ou ennemi ?

Il caresse, oui… mais il pique aussi !

Souvent attendu avec envie, il peut aussi être redouté. Ses rayons, s’ils réchauffent le corps, peuvent aussi blesser au plus profond des chairs. Alors, quand le soleil frappe… on se protège. Pour le sport, c’est la version « haute performance » qui s’applique avec des formules grand écran et des gestes malins pour se dépenser sans brûler.

Pratiquer un sport au soleil, c’est l’un des grands bonheurs de l’été. Équipements, vêtements, accessoires, on peaufine ses choix. En véritable pro, on adopte des soins pour notre peau spécialement étudiés pour répondre à nos exigences sportives : des crèmes hautement protectrices, à la répartition couvrante parfaite et waterproof. Sans cibler forcément les nageurs, les surfeurs, les fous de beach-volley ou les joggeurs, les huiles solaires de l’été 2012 possèdent tous les atouts, à la mer comme à la montagne. Elles résistent à l’eau, au sable, au sel, au chlore et même à la sueur. Leurs textures sont ultra légères, invisibles à l’application et ne collent pas aux mains.

Un usage à la carte
Dans l’abondance des produits protecteurs aujourd’hui disponibles, on choisit le plus adapté à son cas en se souvenant toujours :

  • Pour le sport, la prudence conseille d’aller vers les indices les plus hauts (50+), surtout si l’on se trouve en altitude où le niveau d’UV est extrême en été. À la plage, c’est selon le type de peau. On opte pour un indice 50 si notre épiderme est très sensible et qu’on est dans l’eau où la réverbération est intense. Mais on ne descend jamais sous l’indice 15 quand on passe toute la journée sous un soleil radieux. Pour faire coup double, on sélectionne des formules aux propriétés anti-âge, car une exposition trop brutale ou trop intensive vieillit la peau.
  • Lait, crème, brume, on sélectionne parmi les textures que l’on préfère et la présentation qui plaît (tube, flacon, stick, spray). L’idée est de prendre plaisir à protéger sa peau. On applique généreusement le produit une demi-heure avant de sortir, puis on en remet toutes les deux heures. Encore plus souvent quand on nage et qu’on se sèche, car le frottement de la serviette diminue l’efficacité des filtres.
  • Pour les zones sensibles ou particulièrement exposées (lèvres, épaules, décolleté, genoux…), on s’offre l’effet barrière des sticks protecteurs spécifiques.
  • Perfectionniste, on retient qu’il existe aussi des écrans solaires adaptés au contour des yeux, l’une des zones les plus fragiles qu’on plisse, même derrière les lunettes, quand le soleil est trop intense. On pense aussi à emporter un autobronzant, très pratique pour être bronzé de partout et éviter les traces de bretelles et de short.
  • On porte des lunettes filtrantes, un chapeau ou un foulard sur la tête, et on boit des litres d’eau !
  • Le soir, on se douche. Puis on applique un soin après-soleil pour permettre à la peau de récupérer plus rapidement. Si on n’a pas de point d’eau à proximité, on pense aux lingettes. C’est toujours mieux que rien !

Et pour les cheveux ?
Une huile : les coiffeurs sont unanimes, il n’y a rien de mieux pour isoler le cuir chevelu et maintenir son taux d’hydratation à la valeur optimale. En nourrissant les cheveux jusqu’à la fibre, l’huile évite leur déshydratation. S’ils sont secs, l’astuce est de mélanger cette huile avec un masque hydratant, d’appliquer généreusement sur toute la chevelure et de ne rincer que le soir, au retour de la plage. C’est aussi la solution idéale pour les cheveux longs. Si, en revanche, on les porte courts, l’huile peut aussi convenir, mais pourquoi ne pas essayer les gels protecteurs et même s’offrir le plaisir d’être sportive et coquette avec les formules pailletées ou irisées ? Pour les hommes qui ne pensent que rarement à protéger leurs cheveux, les labos sortent des sprays tout en un à vaporiser sur le corps, le visage et les cheveux… histoire de faire d’une pierre trois coups ! Et si l’on est chauve ? Là, pas d’alternative : c’est indice 50+ en permanence !

Deux bonnes astuces !

  • Faire une ou deux séances de banc solaire pour ne pas débarquer sur la plage avec une peau toute blanche et très vulnérable. .
  • Prendre un complément alimentaire spécial soleil. Bourrées d’antioxydants, de vitamines, de minéraux, ces gélules que l’on prend au moins quatre semaines avant le départ préparent la peau à affronter les rayons du soleil. Elles activent les défenses de nos cellules. Résultat : mieux protégée, la peau bronze de manière plus uniforme et plus intense. Les risques de coup de soleil s’en trouvent fortement diminués et si l’on souffre d’une allergie au soleil, elle apparaît nettement moins vite, voire pas du tout !

Quoi d’important à retenir?…
Pour le sport, la prudence conseille d’aller vers les indices les plus hauts (50+), surtout si l’on se trouve en altitude où le niveau d’UV est extrême en été. À la plage, c’est selon le type de peau. On opte pour un indice 50 si notre épiderme est très sensible et qu’on est dans l’eau où la réverbération est intense.

Et si c’est trop tard ?
SOS, coup de soleil ? Voici la stratégie ! On enduit : protection 50+ et application locale d’un stick pour les zones sensibles. Si nécessaire, on couvre avec un t-shirt ou une serviette. Dès qu’on le peut, on rafraîchit, on apaise, en appliquant un soin après-soleil spécialement formulé pour restaurer l’équilibre de la peau, atténuer la chaleur et calmer les rougeurs.

Crédit photo : DR /
Journal Sportsland Landes n°210 du 17 juillet 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *