CMA 40 – Une belle histoire…

C’est l’histoire d’une jeune femme de 19 ans qui vient de trouver un salon et le contrat d’apprentissage dont elle avait besoin pour démarrer dans la vie active. Une réussite à partager avec la Chambre des Métiers et de l’Artisanat car auprès de cette institution Anne NGuyen a pu retrouver la confiance nécessaire pour aller au bout de ses rêves…

“Quand j’ai quitté l’enseignement général, après une première littéraire dans laquelle je ne voyais pas de déboucher, j’ai eu recours à la mission locale pour trouver conseils et orientations. Je voulais apprendre la coiffure.” Une démarche volontaire donc et il en faut pour se faire une place ou du moins se frayer un chemin, et Anne a su emprunter cette voie. Mais, sans diplôme, il lui fallait trouver un patron pour éventuellement décrocher le sésame nommé : Apprentissage. “Je n’ai pas trouvé de maître d’apprentissage à l’époque. On est en 2016, je viens de quitter l’école et il faut bien vivre. Je me suis alors tournée vers la restauration. Chez Mac Donald’s j’ai signé un CDI en tant que coéquipière” raconte-t-elle.

“Retrouver le chemin de ma passion”
“Je travaillais dans mon entreprise mais je savais que je ne faisais pas ce que je voulais. L’idée de retrouver le chemin de ma passion pour la coiffure ne me quittait pas. J’ai alors démissionné.” Anne a du courage à ce moment là de sa vie mais elle sait aussi que la Chambre des Métiers et de l’Artisanat sera présente pour l’accompagner. “Tout à fait, lors des portes ouvertes de la chambre consulaire, j’ai pris des renseignements et j’ai pu surtout exposer mon profil. Une conseillère m’a reçue par la suite, m’a rassurée aussi et j’ai pu m’engager dans un projet de coiffure….” Son Projet bien sûr!

Les clefs de la réussite
l’Accompagnement CAP Artisanat, nom dédié de ce service de la Chambre Consulaire a porté ses fruits pour Anne. Grâce à la bienveillance des professionnels de la CMA, elle a pu apprendre les codes pour rédiger un curriculum vitae; pour se présenter chez un patron… pour enfin prendre confiance en elle et en son projet. “C’est vrai que dans ces périodes toujours assez délicates, j’étais très satisfaite de pouvoir compter sur une référente. Lors de mes recherches pour trouver un salon et un maître d’apprentissage, qui ont duré d’avril à mi-juin, je devais rendre compte régulièrement de mes démarches. L’autonomie est importante bien sûr et la volonté aussi pour réussir, j’en suis persuadée.”  Des mots de winners pourrait on dire ! Au mois de juin, Anne était reçue dans un salon montois. Le patron l’accueillait comme il se doit et sûrement a compris combien cette jeune candidate voulait s’en sortir. Au premier juillet 2017, ensemble ils signaient un contrat d’apprentissage en bon et dû forme. “Je vais pouvoir passer mon CAP de Coiffure” assure Anne avec l’enthousiasme que l’on devine aisément.

Se sentir bien dans son projet professionnel
Après des orientations scolaires qui ne convenaient pas; après une expérience professionnelle dans la restauration trop éloignée de ses souhaits de vie active… Anne Nguyen aurait pu faire partie de celles et ceux que l’on appelle des “Décrocheurs”. Des jeunes déphasés par un système scolaire parfois inadapté, un environnement peu favorable… etc… etc… Ce n’est pas le cas et ce succès, ce rebond aussi dans une jeune vie, il est le résultat d’une politique d’accueil et d’orientation de tous ces jeunes par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. L’apprentissage est un passage vertueux du doute vers la confiance retrouvée…de l’ombre vers la lumière aussi et à chaque fois qu’une histoire comme celle-ci s’écrit… c’est bien tout un modèle de société qui gagne aussi.

Crédit photo : DR /
Journal Sportsland Landes n°210 du 17 juillet 2017

One Comments

  1. Reply Post By COURTADE Didier

    Très beau témoignage fort bien relaté
    Merci Laurent DUPRÉ 👍😉👏

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *