Stade Montois Rugby – Bilan de début de saison

« Ne pas s’enflammer »

Arrivant au 1/3 du championnat, l’heure est venue de faire un premier bilan de cette saison. Actuellement 2ème (classement avant le début de la 12ème journée), le Stade Montois tient son rang et confirme qu’il n’est plus le petit miraculé de la PRO D2 que l’on nous laissait croire.

7 victoires pour 4 défaites : voilà un bilan plus que positif pour le club de la préfecture après 11 matchs. Quand on jette un œil au classement, Mont-de-Marsan, ex-aequo avec Montauban, n’est qu’à seulement 5 points du leader grenoblois. Leur atout ? Incontestablement leur stade. Les hommes de Christophe Laussucq et David Auradou sont en train de faire de Guy-Boniface une forteresse en glanant un sixième succès en autant de matchs à la maison. « Sur les 6 matchs à domicile, nous avons réussi à prendre 29 points sur les 30 possibles. », s’enthousiasme l’entraîneur des avants, David Auradou. Mais les déplacements à l’extérieur semblent être une toute autre paire de manches. Parmi les défaites à l’extérieur, force est de constater celles face à leurs concurrents directs Grenoble et Montauban. « Nous restons lucides car on sait que l’on n’a pas forcément reçu de très grosses équipes. On a perdu à Montauban et Grenoble, mais aussi à Massy : le point noir de ce début de saison.« , analyse son homologue Christophe Laussucq. Ils auront donc fort à faire, chez eux, au match retour. En tout cas, la première victoire montoise à l’extérieur et non des moindres, à Perpignan, a fait taire ses détracteurs. Un incroyable succès bonifié (20-44) des jaune et noir qui ont su profiter des maladresses des sang et or.

Nacani Wakaya -Stade Montois / Angoulême le 6 octobre 2017 –  victoire 38 à 12 pour le SMR.

Première défense de PRO D2
Des gros scores qui prouvent que les Montois sont très à l’aise offensivement, à l’instar de Nacani Wakaya, meilleur marqueur du championnat avec 7 essais ou de Julien Cabannes, auteur d’un quadruplé face aux Catalans. Outre le plan offensif, le Stade Montois est l’équipe qui a le moins encaissé de points en championnat. Malgré cela « S’il y a bien un élément que nous devons améliorer, je dirais que c’est la défense car cela nous permettra de gagner en confiance. », précise Auradou. Car il faut le dire, les Montois se sont fait peur, comme en atteste la victoire d’un petit point (17-16) face à Aurillac. En effet, il s’en est fallu de peu, puisque l’ouvreur Aurillacois manque une pénalité relativement facile, après la sirène. Inquiétant donc, pour des Montois qui avaient déjà rendu une copie très en dessous des attentes lors du match précédent à Massy (défaite 12–6). « Le match à Aurillac a été laborieux, mais il faut voir le bon côté, nous sortons tout de même victorieux et cela nous permet de voir ce qui n’a pas fonctionné. », explique-t-il avant d’analyser les faiblesses de l’équipe en terre Catalane : « On n’a pas été capable de mettre autant de rigueur défensive que l’on aurait dû. Notre gestion du jeu au pied n’a pas été très bonne. On aurait dû mettre beaucoup plus de pression par rapport au fait que l’on avait le vent dans le dos. »

Joker médical
De plus, les blessures s’enchaînent chez les « jaune et noir » et imposent au staff de remanier l’effectif. Avec une équipe de qualité, la paire Auradou-Laussucq peut également s’appuyer sur un groupe de jeunes du centre de formation très talentueux qui donne une émulation positive. « On a un groupe sain, agréable où les gars s’entendent bien. On arrive à faire des rotations facilement et cela ne pose pas vraiment de problème. On a fait 11 changements à Aurillac par rapport au XV du match précédent, 11 autres à Perpignan et encore 10 à Béziers. Cela ne nous a pas empêché de gagner, ça prouve qu’il y a de la ressource. », tient à préciser l’entraîneur des arrières, Christophe Laussucq. Le club enregistre l’arrivée d’un joker médical en la personne de Laurence Pearce, 3ème ligne anglais de 26 ans qui évoluait jusqu’alors aux Sharks de Sale et qui auparavant portait les couleurs des Tigers de Leicester. Ce colosse d’1m93 pour 120 Kg viendra pallier les blessures répétées dans le paquet d’avants Montois, et particulièrement en troisième ligne (Oelofse, Taulanga, Gorgadze). En vue des prochaines échéances (Colomiers, Bayonne, Dax et Nevers), le coach Laussucq reste méfiant : « On est content d’être second, mais on sait que cela peut vite dégringoler. On ne va pas s’enflammer, il faut être vigilant et continuer de progresser. Le rugby n’est pas une science exacte : tous les ans, il y a des méformes, des blessures qui s’accumulent. La situation peut vite se retourner. L’an dernier, on faisait une bonne saison et pourtant tout s’est écroulé sur les trois dernières journées. » La suite, on la connaît tous, espérons que cette fois-ci, le sort des Montois ne sera pas le même.


Crédit photo : DR / Bernard Hennequin
Journal Sportsland Landes n°216 du 13 novembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *