Connaître et Reconnaître – Jacqueline Dupin de Brocas

Une enfant de l’Estrigon

Le bénévole est le moteur de la vie associative, sans lui rien n’est possible. Jacqueline Dupin en est l’incarnation.

Brocassaise depuis plus de 40ans, elle déploie une énergie inépuisable pour son village. Notamment, pour l’Union Sportive de Brocas, section football. « J’ai inscrit mes deux fils au foot à Brocas à l’âge de 10 ans ». Vous les connaissez sûrement, les jumeaux, dont l’implication de leur mère leur a été transmise. C’est avec amour et ferveur qu’ils vivent les matchs du club au bord du terrain, en accompagnant entraîneurs et dirigeants. Bénévole active et impliquée depuis une vingtaine d’années, Jacqueline a fait ses début auprès de Raoul Dané, grand dirigeant de l’USB, dont le stade porte le nom aujourd’hui. Cette dame qui a le club chevillé au corps est profondément convaincue qu’elle lui consacrera sa force et son énergie jusqu’à son dernier souffle. Comme dit la chanson, elle, elle veut mourir sur scène. « Pour moi, c’est l’association du foot et c’est tout. Je la garderai toujours en moi. », exprime-t-elle. Lorsque Jacqueline évoque son histoire avec le club, elle affirme que c’est « l’ambiance qui la fait rester ». Les bons moments qu’elle passe avec les joueurs lui font oublier que parfois elle est fatiguée. « Je me souviens de l’ambiance dans le car lors des déplacements, je rigolais beaucoup » raconte-t-elle. « Ce qui me manque le plus, c’est l’implication des supporters, tout le bourg du village se déplaçait pour voir les matchs. Aujourd’hui, les gens sortent moins, cela manque aux équipes. » affirme-t-elle.

Souvenirs, souvenirs,…
Le meilleur ? Lorsque l’USB est allé en finale à l’Argenté « C’était un moment incroyable de voir ma petite équipe de Brocas dans un si beau terrain ». Le pire ? Lorsqu’un joueur s’est cassé la jambe sous ses yeux « J’étais sur le bord du terrain, et j’ai vu sa jambe se casser, il n’y avait pas de couverture alors je l’ai recouvert avec mon manteau. D’ailleurs, je ne l’ai jamais récupéré ! » se souvient-elle, avec émotion. Des courageux fondateurs du club, elle a gardé la franchise et un sang bouillant que l’espoir de la victoire électrise. Pas un déplacement, pas un match ne se font sans elle. « Infatigable, toujours présente », voila comment la décrit le président de l’USB, Bruno Sourigues.

Le douxième « joueur » !
Chaque dimanche, revêtue des couleurs de l’USB de la tête aux pieds, en noir et blanc, elle ne fait qu’un avec les joueurs. « Jacqueline c’est un peu le douzième joueur de l’équipe ». Qu’il vente ou qu’il neige, que les forgerons gagnent ou perdent, à leur retour ils savent que ses fameuses merveilles les attendent. « Je sais bien qu’ils m’appellent tous Mamie Merveilles. » Son dévouement ne s’arrête pas là, la propreté des vestiaires c’est elle, les maillots qui sentent bon la lessive, c’est elle. « Je lavais les maillots de l’école de foot, avec ses quatre ou cinq équipes, les maillots des deux équipes de la réserve, et de la première. Ça en faisait de la lessive ! » se rappelle-t-elle. Et lors des grands rendez-vous associatifs, elle fait partie des petites mains précieuses. « C’est une femme généreuse et qui veut toujours bien faire » exprime l’ancien entraineur de l’USB, Didier Cazaux.

Où que l’on tourne les yeux, elle est partout !
C’est sûrement pour toutes ces raisons, qu’en 2012 le District des Landes lui a décerné la médaille d’honneur des bénévoles. « Chaque repas associatif organisé par l’USB, chaque manifestation dans le village, Jacqueline est partout. Je la vois en cuisine, je la vois derrière le bar, je la vois au service mais jamais je ne l’ai vue se plaindre. Je crois d’ailleurs que c’est le secret de sa longévité » nous a-t-on confié à l’oreille. Jacqueline en un mot ? Nécessaire. « C’est une femme nécessaire » exprime la première adjointe Municipale de Brocas. Jacqueline c’est un vélo avec un petit panier en osier, Jacqueline c’est la mémoire des souvenirs d’un club, Jacqueline c’est ce bout de femme au caractère électrique mais au regard amoureux pour ses joueurs. Le bénévolat c’est un don de soi, de son temps, de sa personne. Un bénévole reste souvent dans l’ombre, un bénévole donne sans compter, un bénévole ne cherche pas la reconnaissance. Mais aujourd’hui, Jacqueline, nous te remercions. Cette dame fait des merveilles, et pas que…

Texte : Léa Sourigues – Crédit photo : DR /
Journal Sportsland Landes n°218 du 11 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *