La marche pieds nus en forêt

C’est le premier pas qui compte !

Au début, cela peu inquiéter, ne va-t-on pas se blesser sur les irrégularités du sol ? Ne risque t-on pas de prendre froid ou de glisser en traversant un cours d’eau à gué ? Ou plus prosaïquement la peur de salir ses pieds sur des chemins boueux… Puis, il suffit de franchir le pas, de dénouer ses lacets, de retirer chaussures et chaussettes pour, doucement, poser la plante de ses pieds sur une surface inconnue, attentif aux sensations que notre corps nous renvoie.

La marche pieds nus semble aujourd’hui totalement incongrue dans notre société dite « moderne » et urbanisée. Croiser un marcheur pieds nus en ville surprend, dérange, provoque l’incompréhension et peut parfois susciter le rejet. Pourtant, cette marche « primitive » fait de plus en plus d’adeptes de part le monde pour les bienfaits qu’elle procure. Nous sommes tellement habitués à marcher, corsetés dans des chaussures qui enferment et isolent, que nous avons perdu toute notion de marche naturelle en contact direct avec le sol.
Marcher pieds nus change le rythme de la marche, les mouvements et postures du corps, propulse vers le bien-être. L’exercice pédestre contribue au renforcement des muscles des pieds et des jambes. Un pied recèle 7200 terminaisons nerveuses qui sont stimulées lors d’une marche sur une surface irrégulière. Marcher pieds nus permet d’éveiller la circulation sanguine, permet une meilleure oxygénation et agit sur différents organes du corps en rétablissant leur équilibre. Marcher pieds nus permet d’éliminer les toxines du corps tout en combattant efficacement le stress en apportant une certaine forme de relaxation. Les pieds sont la base de notre corps qui nous unissent à la terre. Vous l’aurez compris, ces exercices ne peuvent vous apporter que du bien pour peu qu’ils soient pratiqués régulièrement.

Mais outre ces effets physiologiques reconnus, la marche pieds nus ouvre vers d’autres sensations. L’environnement est une donnée primordiale lors de votre marche « primitive ». Parcourir un sentier boisé offre une forme de bien- être, marcher peut être lié à une méditation intérieure, une introspection, une méditation de pleine conscience où vos pieds seront la connexion entre le milieu naturel et votre âme.

Soyez avant tout à l’écoute de vos sensations. Marcher dans le sable en été, enfoncer vos extrémités dans la chaleur enveloppante, faites glisser la plante de vos pieds sur la silice. Puis passez sur un tapis de mousse pour en ressentir tout le moelleux ou l’humidité contenue. Traversez une prairie pour laisser glisser les herbes sur vos jambes. Un tronc couché, grimpez sur son fût pour ressentir tous les bienfaits du relief de son écorce qui restitue la chaleur du soleil. Un cours d’eau vive, n’hésitez pas à braver le froid, vos pieds se réchaufferont naturellement lorsque la circulation du sang s’accélérera. La surface rugueuse de la pierre, un sentier de cailloux, posez doucement votre pied, qui s’adaptera au support irrégulier lors de votre marche par une pression moindre. Vous sentirez le terrain de manière naturelle et instinctive, après un entraînement régulier. Ainsi, ces randonnées pieds nus seront autant bénéfiques que des séances de réflexologie plantaire. Sans oublier de vous laisser porter par la magie de la forêt elle-même, sons, odeurs, lumières et souffle de vent, une marche méditative… Votre méthode de marche s’en trouvera profondément bouleversée, de l’enchaînement naturel talon, métatarses, orteils, vous passerez à un point d’appui plus aérien, en accélérant vos foulées, et en marchant avec l’avant-pied.

Toutefois, cheminer pieds nus ne s’improvise pas, un entraînement régulier d’une vingtaine de minutes par jour vous permettra d’habituer votre corps à cette nouvelle technique de déplacement, modifiera vos enjambées. Un exercice journalier fortifiera les muscles de vos pieds et de vos jambes, épaissira la peau de la plante des pieds en vous offrant la possibilité de rallonger vos parcours progressivement. Si la crainte de vous blesser s’avère plus forte, il existe diverses chaussures minimalistes de « barefoot » ou « pied nu » qui sont constituées de très fines semelles ou moulée en caoutchouc avec la forme d’une chaussure à orteils. Lors d’une randonnée pieds nus, n’oubliez jamais de vous munir d’une petite trousse de secours avec pansements, désinfectant et pince à épiler, en cas de blessure inopportune. Vous êtes parés à découvrir de nouvelles sensations ? Quittez vos chaussures !

Crédit photo : DR /
Journal Sportsland Landes n°218 du 11 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *