Stade Montois Rugby – Le capitaine Julien Tastet

Se maintenir dans les deux premiers

Dauphin de PRO D2, à tout juste cinq longueurs du leader montalbanais, le Stade Montois ne pouvait pas espérer meilleure position pour entamer cette nouvelle année… Fidèle 3ème ligne du club de la préfecture depuis 1997 et capitaine emblématique, Julien Tastet est sans doute le mieux placé pour parler de son équipe et de la suite du championnat…

Julien Tastet – Capitaine de l’équipe fanion du Stade Montois Rugby Professionnel

Capable du « très bien » (à l’image de Perpignan ou Bayonne) comme du « moins bien » (tels que Massy au match aller ou Angoulême au retour), le club jaune et noir peut se réjouir de ce statut d’outsider, derrière Montauban, car ils ont consolidé leur place parmi le peloton de tête (les 6 premiers sont qualifiés pour les phases finales). « Après des gros matchs, on a tendance à lever un peu le pied, à baisser en terme d’agressivité et d’engagement. On a failli dans des domaines qui sont fondamentaux à l’extérieur tels que la défense et la conquête. Il va falloir être beaucoup plus précis et mettre plus de combativité face aux calibres inférieurs », explique le capitaine.

Un calendrier favorable ?
Six grosses affiches attendent les montois à Boniface durant cette phase retour : 5 matchs face à leurs concurrents directs (Colomiers, Biarritz, Montauban, Grenoble et Perpignan) mais aussi un derby landais risqué, qui s’avérera crucial pour des Dacquois revanchards en vue du maintien. Des rencontres qui pourraient être décisives pour l’issu du classement final. Toujours invaincu à domicile, l’avantage de jouer ces matchs chez eux pourrait faire pencher la balance en faveur du Stade Montois. « On sait que dans cette PRO D2, c’est toujours un plus de recevoir. On a aussi une certaine pression sur les épaules, vu le classement actuel et l’écart entre les 5 équipes de tête. Le moindre faux pas à domicile peut nous faire perdre beaucoup. C’est toujours motivant de jouer des grosses affiches. Il faut se servir de cela pour nous galvaniser et pour élever notre niveau », analyse-t-il. Bien sûr, il faudra également aller chercher quelques victoires à l’extérieur pour grappiller quelques points indispensables.

Un groupe très homogène
C’est sans conteste l’autre atout majeur de l’équipe montoise en cette deuxième partie de saison, selon Tastet. Une concurrence accrue, qui permet aux entraîneurs de faire tourner leur effectif, sans que le collectif en pâtisse. Une force que les équipes de bas de tableau n’ont pas et qui peut faire la différence. Cela permet de pallier certaines blessures omniprésentes à ce stade de la compétition comme en atteste la dernière grosse en date : celle de Nacani Wakaya, victime d’une fracture du tibia-péroné contre Nevers. C’est une lourde perte pour le Stade Montois, car il était alors le meilleur marqueur de la phase aller avec 8 essais inscrits, mais son coéquipier Tastet se veut optimiste : « C’est toujours difficile de perdre l’un des meilleurs joueurs de l’équipe. Son profil va nous manquer mais on espère tous qu’il va rapidement retrouver le chemin des terrains pour les matchs cruciaux de fin de saison ».

Se nourrir des erreurs du passé
Maintenant que le Stade Montois a fait ses preuves lors de cette première partie, l’objectif pour la suite est de rester dans les deux premiers du championnat. Prudence et vigilance sont de mises et c’est le capitaine lui-même qui le dit : « L’an dernier, on s’est écroulés à la fin, j’espère qu’on va se servir de nos erreurs pour ne pas reproduire la même chose ». Rien n’est encore fait et les montois l’ont bien compris, depuis plusieurs saisons déjà : ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera peut-être pas demain…

 

Crédit photo : DR / Sportsland – Bernard Hennequin
Journal Sportsland Landes n°219 du 8 janvier 201808

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *