U.S. DAX Rugby Landes – Un jour, une mascotte !

La mission d’AKAÉ

Elles sont par nature marrantes, toujours attachantes ; souvent entrevues, mais de plus en plus reconnues, les mascottes sont aujourd’hui devenues des actrices incontournables des terrains de rugby professionnels. A l’origine destinées à animer les stades, ces peluches atypiques à l’apparence souvent animale, ont pris une place considérable dans l’image et la stratégie des clubs, au point parfois d’être plus populaires que les joueurs. A Dax, c’est le lion AKAÉ qui officie. Jeune mascotte en pleine construction, il est actuellement au cœur d’un nouveau projet pour donner à cette peluche géante, une place de choix dans la vie du club.

 »Tout est parti d’un pari ». C’est la première chose que nous a confié Thomas, ce garçon qu’on ne voit jamais, mais qui est garant de l’âme et de la vitalité donnée à AKAE. En effet, c’est au cours d’une soirée arrosée, que ce jeune étudiant en BTS à Borda s’est engagé dans une boutade riche de conséquences en affirmant à une employée du club :  »si tu veux, moi je te la fait la mascotte ! ». Parole de  »festayre » faisant foi, il s’est retrouvé quelques jours plus tard au clubhouse de l’USDAX pour signer son contrat.  »La mascotte a toujours vivoté, sans pour autant asseoir sa place et son identité’‘. C’est le constat des premières années d’existence d’Akaé, dont il est devenu important d’optimiser le potentiel. C’est donc le début d’un projet, voir même d’une aventure, au cours de laquelle Thomas devra installer la présence du lion dans le paysage du rugby dacquois.

Un projet construit
À l’image d’un grand nombre de personnes qui œuvrent pour le club, son action est bénévole, mais l’absence de rémunération n’en fait pas pour autant un engagement moins important. Thomas est lié avec le club, et ses interventions sont cadrées, car il a été reçu pour qu’on lui présente le rôle de la mascotte, après quoi il a signé une charte éthique de comportement. En quelques mots, il fallait acter quelques grands principes de vie pour Akaé à savoir que ce dernier ne parle jamais, que son mot d’ordre est le respect et que son rôle principal consiste à animer les matchs de l’USD. Cela demande une implication totale de Thomas qui doit ainsi faire quelques sacrifices, comme ne pas pouvoir jouer certains matchs avec son équipe du Rugby Castets/Linxe.

Le jour de match d’Akaé
La préparation de Thomas  »commence souvent la veille au soir par une petite sortie nocturne dans les rues de la cité thermale pour se mettre en ambiance ». Le matin du match, à l’image des joueurs, il faut préparer ses affaires, puis se rendre au stade pour prendre le petit café habituel avec quelques supporters avant de s’immerger dans la peau d’Akaé. L’habit de lumière est revêtu dans un petit vestiaire, et puis c’est parti… le lion reprend vie. Il se met en route en même temps que l’échauffement des joueurs, son rôle étant de chauffer progressivement l’ambiance au fur et à mesure que le stade se rempli. À l’entrée des joueurs, les choses sérieuses commencent ; il faut alors donner le meilleur de soi pendant plus de 80mn. Il faut suivre le match pour identifier les moments clés où il sera judicieux d’interférer avec le public…  »pas toujours facile à Maurice Boyau », scène de nombreuses tensions, où son public souvent inquiet, parfois énervé, n’est pas toujours disposé à vouloir rigoler avec la mascotte. Le match terminé, il faut alors raccompagner la sortie des joueurs pour aller se changer. Il restera alors à faire laver, une fois n’est pas coutume, la peau d’Akaé qui aura encore bien transpiré.

Akaé, cœur de lion
Mais qui est vraiment Akaé ? La réponse est spontanée:  »c’est un gentil lion, qui adore les enfants, super sympa, toujours motivé, au plus proche des valeurs de convivialité et de sportivité qui sont celles de notre sport ». Son modèle, c’est  »Benny the Bull », le spectaculaire taureau des Chicago Bulls ; son truc à lui, c’est les roues et les roulades ; son  »dada » c’est de lancer des  »clapping » ; son  »kiff », c’est d’observer la réaction des gens qui veulent absolument savoir qui se cache sous le déguisement ; son lieu de prédilection, la petite tribune pour son ambiance et la sympathie des gens. C’est surtout une mascotte en pleine construction qui cherche à apporter sa pierre à l’édifice d’un club en danger. Alors, Thomas, bien accompagné par le service communication du club, cherche à développer l’action d’Akaé. Il commence d’ailleurs à le faire sortir de son stade pour quelques actions partenaires avec l’équipe, où il trouve souvent de bons compagnons de jeu avec les joueurs îliens, toujours très amusés par la présence de la peluche. Il essaie également de le faire exister sur les matchs à l’extérieur comme à Biarritz et à Bayonne où il a beaucoup appris de ses homologues « Pottoka » et  »Koxka ».
Ce lion là est au début d’une nouvelle histoire qui peut vite s’arrêter comme vraiment décoller. Une chose est sûre, il va s’employer pour s’améliorer, se diversifier et se forger une identité qui colle à son contexte ; pour devenir l’image d’une équipe, mais aussi le symbole de ces dacquois qui remplissent les tribunes, de « ce public de corrida », capable de s’éteindre, de se révolter avec véhémence, comme de se lever tel un seul homme pour pousser derrière son équipe aussi fort que les arènes de Dax peuvent raisonner certains soirs d’été. Thomas se souvient de ces quelques grands moments de communion, comme une victoire contre l’Aviron lors d’un certain début de saison, dont il fait sa référence, car c’est ceux-là que l’on veut revivre. Alors aidons-le! En lui accordant de la reconnaissance, en suivant ces sollicitations les jours de matchs, mais aussi en partageant son image (comme cet article) à travers les réseaux sociaux. Ainsi vous contribuerez à construire le personnage d’Akaé, et vous valoriserez surtout l’implication d’un garçon qui se donne un peu plus chaque jour pour mener à bien le combat d’une sympathique mascotte qui ne demande qu’à exister.

Crédit photo : DR / Sportsland – Anthony Monod
Journal Sportsland Landes n°219 du 8 janvier 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *