Boxe – Yannick Dehez – Champion de France professionnel

Un certain 23 décembre 2017 !

Originaire de Mont-de-Marsan, Yannick Dehez s’est fait un nom dans la boxe en remportant son premier titre chez les professionnels, en décembre dernier. En battant, le champion en titre à Deauville, Romain Nemery, il a ramené dans les Landes la ceinture de Champion de France des mi-moyens (entre 63,503 et 66,619 kg).

À 23 ans, le jeune homme a déjà un palmarès bien fourni : Champion de France cadet et junior, finaliste des Championnats de France seniors amateurs puis vainqueur du Tournoi de France et de la Coupe de la Ligue chez les rémunérés. Depuis qu’il est devenu professionnel en février 2015, il n’a jamais connu les affres de la défaite : 16 victoires pour 1 nul après ce dernier combat. Ses débuts ont été difficiles comme son premier combat à la salle de l’Argenté de Mont-de-Marsan, où il s’était défait, sur décision partagée des juges, de Chabane Fehim, autre ancien cador chez les amateurs.

10 rounds pour le sacre
Depuis le Montois a gravi les échelons patiemment jusqu’à ce combat tant attendu contre le trentenaire Romain Nemery, beaucoup plus costaud que lui. Pour pallier son manque de puissance, Yannick (1m75 pour 66kg) peut s’appuyer sur sa rapidité, son agilité et son jeu de jambes. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis de prendre l’ascendant sur son adversaire ce soir-là. « Il a fallu trois mois de préparation. Yannick est allé boxer à Saint Nazaire, Dax, au-Temple sur-Lot pour faire face à des adversaires appropriés à une telle confrontation. On a analysé des vidéos de son adversaire pour savoir comment il devait boxer pour faire la différence », explique Christophe, son père et entraîneur. Une fois sur le ring, Yannick ne tarde pas à mettre en pratique sa façon de boxer, c’est à dire « toucher sans se faire toucher », selon sa mère qui est, par ailleurs la présidente de la section boxe du Stade Montois. Yannick épuise son opposant, le contraignant à sans cesse lui courir après. « Il était plus fort et plus petit que moi donc mon but était de l’éviter, je me suis amusé sur le jeu de jambes », analyse Yannick. Le combat fut long et très disputé pendant toute sa durée. « C’était la première fois que j’allais jusqu’au 10ème round donc je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais cela s’est bien déroulé », avoue-t-il. À la fin, la décision des juges est unanime : c’est une nette victoire de Yannick qui détrône son concurrent. « On était très contents par rapport à toute l’implication et les sacrifices qu’il fait, il a réalisé ce qu’il voulait faire », déclare sa mère. L’intéressé ne pouvait qu’être satisfait et heureux de sa prestation, lui qui s’est, ce jour-là, révélé aux yeux du grand public (le match étant retransmis à la télévision) : « J’étais très content, on a bien fêté ça avec tout mon entourage. »

Un palier pour la suite
Cette victoire est l’aboutissement d’un travail effectué au quotidien pour Yannick. Employé de mairie pour la ville de Mont-de-Marsan (son statut de professionnel ne lui suffit pas pour gagner sa vie), le reste du temps, il le consacre à son entraînement : il travaille tous les jours avec son préparateur physique, Mathieu Bon et s’entraîne à la salle de boxe trois fois par semaine avec son père. Dans sa petite enfance Yannick pratiquait le football, ce n’est qu’à la l’âge de 11 ans que la boxe est devenue une évidence. « C’est l’aboutissement de beaucoup d’années de sacrifices » confie-t-il. Yannick est conscient du chemin réalisé mais plus encore, de celui qu’il reste à parcourir pour devenir un grand champion. « C’est un premier palier pour pouvoir viser plus haut, mon objectif c’est d’aller le plus haut possible », dit-il.

Avec sincérité, il n’oublie pas de remercier les personnes qui l’encouragent : « Je remercie la ville de Mont-de-Marsan, tous les gens qui me soutiennent et qui sont venus me soutenir ou qui m’ont regardé à la télévision. »

Crédit photo : DR / Sportsland
Journal Sportsland Landes n°220 du 22 janvier 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *