Ces Espoirs d’aujourd’hui pour demain…

La génération ESPOIRS dans les clubs de rugby professionnels constitue cette antichambre du professionnalisme dans lequel les staffs piochent régulièrement pour injecter du sang neuf à leur équipe. Toutes les raisons sont bonnes en effet, de la blessure des titulaires, aux contre-performances répétées, à la nécessité d’offrir du temps de jeu à ces pépites montantes pour les conserver. Plus naturellement encore… Pour construire un projet de club durable avec des joueurs façonnés, et attachés à l’histoire de leur rugby… Au Stade Montois et à l’Union Sportive Dacquoise Rugby Landes on justifie aussi la qualité du centre de formation comme une des meilleures solutions pour durer dans l’élite….

La génération ESPOIRS dans les clubs de rugby professionnels constitue cette antichambre du professionnalisme dans lequel les staffs piochent régulièrement pour injecter du sang neuf à leur équipe. Toutes les raisons sont bonnes en effet, de la blessure des titulaires, aux contre-performances répétées, à la nécessité d’offrir du temps de jeu à ces pépites montantes pour les conserver. Plus naturellement encore… Pour construire un projet de club durable avec des joueurs façonnés, et attachés à l’histoire de leur rugby… Au Stade Montois et à l’Union Sportive Dacquoise Rugby Landes on justifie aussi la qualité du centre de formation comme une des meilleures solutions pour durer dans l’élite….

Pour infos, parmi les 283 Français alignés sur les feuilles de match, lors de la dernière journée de Pro D2, 2015/2016, 71 avaient moins de vingt-trois ans. En quête d’un temps de jeu, qu’ils trouvent difficilement en Top 14, les jeunes joueurs sont de plus en plus nombreux à signer en Pro D2 ou à y être prêtés par leur club. L’occasion de gagner de l’expérience dans un Championnat réputé sans pitié. Mais aussi de se faire remarquer. Parmi ses jeunes surtout des espoirs….
Yoann Huget, Maxime Machenaud, Sofiane Guitoune, Uini Atonio, Vincent Pelo, Loann Goujon, Yacouba Camara, Rémy Grosso, Rémi Talès… des patronymes connus et reconnus aujourd’hui dans l’élite du rugby national ou international parfois, sont tous passés par la PRO D2.

Entrer dans le cadre du New Deal
Le développement de l’attractivité des championnats, de la formation, la modernisation des stades et la consolidation de la situation financière des clubs. Ce plan d’action baptisé « New Deal » intègre 10 mesures sportives et réglementaires et un nouveau modèle de répartition financière, qui sont applicables depuis la saison 2014/2015.
Le nombre minimum de JIFF sur la feuille de match sera porté de 12 à 14 à compter de la saison 2016/2017. Tous les clubs de rugby qui respecteront cette mesure en 2016 se verront attribuer :

• Déclenchement d’un fonds incitatif ;
• Versement de la part fixe des 10% des droits TV/Marketing qui seront versés aux clubs s’il y a respect du « dispositif JIFF ».

On le comprend donc, les Espoirs du rugby français sont d’abord ceux des clubs qui misent sur cette relève parfois dans le meilleur des cas ou bien qui se conforment à la réglementation fédérale en vigueur. Dans tous les cas, l’histoire a toujours démontré que le pari fait sur les jeunes formés dans un club participait à la création d’une équipe à laquelle les supporters peuvent s’attacher durablement… Des pistes de réflexion certaines à l’heure où le rugby français et son équipe de France peut souffrir parfois du fait que, les meilleurs jeunes espoirs ne possèdent pas tous les temps de jeu dans les équipes de l’élite auxquels on préfère les joueurs venus d’autres hémisphères et souvent hélas que de passage.

Rugby Formation – Ils étaient 71 de moins de 23 ans inscrits lors de la dernière journée PRO D2
Noter ce contenu

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: